ARP SESSION 11 MARWAN RECHMAOUI


Jeudi 19 avril 2018 à 19h00 au musée Sursock, aura lieu la conférence de Marwan RECHMAOUI intitulée: "On Guarding Neighborhoods and their Inhabitants"
Il traitera de l'approche artistique des territoires urbains. 
Kaelen Wilson-Goldie a proposé la formule suivante : " Mapped out : to think of Marwan Rechmaoui as a Landscape painter."
Marwan RECHMAOUI a produit des intersections nouvelles entre le champ de l’art et l’architecture et les territoires dévoilant aussi des enjeux politiques et sociaux inédits. Il s’agit de renouer avec les capacités de l’art, souvent sous estimées, pour aborder les situations contemporaines des territoires, et d’examiner ensemble en quoi et comment ces pratiques peuvent nous aider à aborder la question de la Bekaa.
Blazon est le fruit de l'intense recherche que j'avais commencée dix ans auparavant pour Beyrouth Caoutchouc en lisant les dossiers de chaque quartier afin de comprendre comment ils se sont développés et les détails de leur situation géographique. En constante évolution, Beyrouth est charmante, amicale et hospitalière mais paradoxalement remplie de tensions dans les arènes sociales, économiques et politiques. Ses habitants sont toujours « sur leurs gardes » prêts à faire quelque chose et les écarts entre les quartiers s'élargissent avec les pressions croissantes..

À propos du conférencier:

Marwan Rechmaoui s'inspire de la géographie et de la riche histoire culturelle de Beyrouth. Son travail reflète souvent les thèmes de l'urbanisation et de la démographie sociale et des comportements contemporains. Il utilise des matériaux industriels tels que le béton, le caoutchouc, le goudron et le verre pour créer des oeuvres tactiles à grande échelle. Ses oeuvres se sont principalement concentrées sur des points de repère locaux, comme Beirut Caoutchouc (2004), une vaste carte de Beyrouth faite de caoutchouc noir et embossée avec des détails précis des routes et chemins secondaires. Parmi les autres oeuvres majeures de Rechmaoui, Spectre (2006), une reproduction d’un bâtiment moderniste, le Yacoubian Building, A Monument for the Living (2001), une maquette architecturale à grande échelle de la tour Al Murr abandonné reproduit un gratte-ciel des années 1970 jamais achevé et abandonné dominant le centre-ville de Beyrouth. En 2011, Rechmaoui a lancé sa série UNRWA, qui comprend des cartes dessinées à la main sur du béton, du bois et de l'étain des camps de réfugiés palestiniens au Liban, une série d'objets trouvés dont différentes armes à sous munitions collectées après la guerre de 2006 au Liban, il a été aidé pour rassembler ces éléments. Pillars (2013-2016) abordent le thème de la déconstruction/reconstruction avec une installation d'objets domestiques - divers matériaux collectés à partir de ruines délabrées d'un bâtiment résidentiel - encastrés dans un pilier en béton, élément structurel de base de l'architecture urbaine. Les fleurs, les coussins, entre autres éléments décoratifs reflètent le poids du passé.. 
rejoindre nos bulletins electroniques
Contactez l’academie libanaise des beaux-arts
Facebook Youtube Instagram